Pages Navigation Menu

Tourisme à Venise et ma Venise secrète

Categories Navigation Menu

1er mai à Venise, ouvert ou fermé ?

Le 1er Mai à Venise ? Qu’est-ce qui est ouvert ou fermé ?
Réjouissez-vous. Cette année, au lieu de la fermeture habituelle des musées, la ville de Venise a décidé d’ouvrer ses musées. Mieux mêmes, certains ouvriront en nocturne.

1er Mai à Venise : ouverture des musées civiques

1er Mai à VeniseLes musées de Venise que gère la ville sont :

  • Palais des Doges
  • Le Musée Correr
  • Ca’ Rezzonico
  • Maison Goldoni
  • Musée du palais Mocenigo
  • Le musée du verre à Murano
  • Le musée de la dentelle à Burano
  • Le musée d’art moderne de la Ca’ Pesaro
  • Le musée d’histoire naturelle
  • La Tour de l’horloge
    Tous ces musées, qui font partie du Museum pass, resteront ouvert le 1er mai.
    Le Palais des Doges et le Musée Correr, eux, resteront ouverts jusqu’à 23h !

Le musée Guggenheim restera également ouvert le 1er mai.
Les autres musées seront fermés.

1er Mai à Venise : la basilique Saint Marc

La basilique Saint Marc sera ouverte de 14h à 17h. Elle est donc fermée en matinée, en raison des cérémonies religieuses dominicales.

1er Mai à Venise : restaurants et transports

Rassurez-vous, le 1er mai, Venise n’est pas une ville morte. Les cafés, restaurants sont également ouverts et les transports fonctionnent également, bus et vaporetti.

1er Mai à Venise : concerts

Les nombreux concerts proposés à Venise sont, pour la plupart, en repos le 1er mai. Mais pas tous. Ainsi, vous pouvez réserver vos places pour entendre les Interpreti veneziani et leur orchestre à cordes à San Vidal, les Virtuosi veneziani et les Quatre saisons de Vivaldi à La Pietà, les Musici veneziani et les Quatre saisons de Vivaldi à San Teodoro.

La Fenice ne propose aucun spectacle le 1er mai mais reste ouverte aux visites, de 9h à 18h.

Twitter

38e Su e zo per i ponti à Venise

La 38e Su e Zo per i ponti à Venise se déroule le 10 avril 2016.

38e Su e zo per i ponti à VeniseIl s’agit d’une épreuve sportive d’un genre bien particulier et fort sympathique, puisque les vainqueurs seront ceux… qui auront participé. Cette montée et descente des ponts de Venise ne recherche pas un esprit de compétition mais au contraire, un élan de solidarité. Cette année, la Su e Zo per i ponti s’est engagée à soutenir la mission salésienne à Damas en Syrie.

L’idée est donc de participer à une course tranquille, chacun à son rythme, adultes, enfants, vénitiens, visiteurs, tous les participants sont les bienvenus. Deux trajets sont proposés : L’un au départ de pla place Saint Marc. Il fait le tour de Venise en 11km et 38 ponts. L’autre, au départ de la gare Santa Lucia, la gare de Venise, propose un parcours plus petit de 6km, comportant le franchissement de 18 ponts.

Programme de la 38e Su et zo per i monti à Venise

Samedi 9 avril 2016

  • à 21h : Soirée musicale en collaboration avec le Hard rock Café

Dimanche 10 avril 2016

  • à 9h : Messe dans la basilique Saint Marc
  • à 10h30 : Départ de la Su e Zo depuis la place Saint Marc (11km) et depuis la gare Santa Lucia (6 km)
  • à 12h : Défilé de groupes folkloriques place Saint Marc
  • à 12h30 : Remise des prix aux groupes participants
  • à 15h : Clôture de l’événement

38e Su e Zo per i ponti à Venise

T-shirt Su e Zo per i ponti 2016

Le T-shirt peut être acheté par solidarité. Il existe en plusieurs taille enfants et plusieurs tailles adultes. Une seule couleur, le rouge cardinal.

Il est vendu au prix de 7€.

Un sweatshirt est également commercialisé, avec capuche, en plusieurs tailles et plusieurs coloris, au prix de 23€.
Acheter le T-shirt ou le sweatshirt en ligne

 

Inscriptions à la 38e Su e Zo per i ponti à Venise

Les inscriptions peuvent se faire en ligne, avant le 4 avril. Ou bien, jusqu’au 9 avril, dans les points de vente autorisés. Ou bien encore, le 10 avril, jour de la manifestation, place Saint Marc.


En savoir + sur la Su e Zo per i ponti avec venise1.com

Site officiel de la 38e Su e Zo per i ponti à Venise


 

 

Twitter

Les 500 ans du ghetto de Venise

Les 500 ans du Ghetto de Venise sont célébrés cette année.

Le Ghetto de Venise

500 ans du Ghetto de VeniseComme je vous le signalais sur ma page venise1.com concernant le Ghetto de Venise, c’est le 29 mars 1516 que, sous le règne du doge Leonardo Loredan, le sénat vénitien décréta que tous les juifs devaient se rassembler pour habiter ensemble dans un lieu unique.
Ils se concentrèrent donc dans l’une des petites îles qui composent Venise. Cette île, donc entourée de canaux, était reliée au reste de la cité par deux ponts. C’est là que les juifs de Venise édifièrent leur habitat mais aussi leurs lieux de culte, leurs commerces de proximité, leurs lieux de loisirs, leurs écoles, etc.
Notons qu’à Venise, si Napoléon est particulièrement décrié, c’est lui qui ordonna l’ouverture du ghetto, en 1797.

Les événements des 500 ans du ghetto de Venise

A l’occasion de cet anniversaire, de nombreux événements sont programmés.

Concert d’inauguration des 500 ans du ghetto de Venise à La Fenice

Le 29 mars 2016 au théâtre de La Fenice, un discours de l’historien britannique Simon Schama ouvrira la cérémonie, suivi de la symphonie N°1 en ré majeur de Gustav Malher, dirigée par Omer Wellber.
Sur invitation

Exposition Venise, les juifs et l’Europe : 1516-2016

Une grande exposition sera présentée au Palais des Doges, à partir de la mi juin et jusqu’à la mi novembre 2016. Cette exposition, dont je vous reparlerai plus en détail, entend mettre en avant le développement du ghetto, son architecture, ses métiers, sa vie quotidienne et ses relations avec le reste de la société, pas seulement à Venise mais dans l’ensemble du bassin méditerranéen.

Restauration du musée hébraïque et de la synagogue

Un vaste projet de restauration du musée hébraïque et de la synagogue de Venise est en cours. Il vise à mieux conserver et mieux fiare partager l’histoire des juifs de Venise. Notamment, en enrichissant le patrimoine des Trésors du ghetto de Venise exposés au public.

Autres manifestations programmées

  • Le marchand de Venise, de William Shakespeare sera représentée dans le Ghetto, du 26 au 31 Juillet 2016, par la Compagnia de ‘Colombari (USA). Réservez vos places http://www.themerchantinvenice.org/
  • Des concerts seront donnés au Palais des Doges, à l’occasion de l’inauguration (le 19 juin 2016) de l’exposition Venise, les juifs et l’Europe : 1516-2016.
  • Une exposition photo Art of This Century. Peggy Guggenheim en photographies sera présentée à Ikona Galerie, campo del Ghetto Nuovo, à partir du 9 juin.
  • Des conférences-spectacles :
    Devir / Davar, le Mercredi 1 Juin 2016, de 16h à 20 h. Une conférence initiera le spectateur aux échanges sur le thème de dialogue/conflit, suivi d’un concert par le Paul Klee Quartet, mêlé de lectures de poèmes. Cette manifestation à lieu à la Fondation Querini-Stamplaia, Campo Santa Maria Formosa.
    Dire l’avenir, le Dimanche 12 juin 2016, de 16h à 20h. Conférence sur la parole juive d’avenir, suivie d’un concert de Claudio Ronco et Emanuela Vozza, deux violoncelles baroques, mêlé de lectures de poèmes.
    Jupah – Mirta Kupferminc présentera , de Juillet à Novembre , dans le ghetto de Venise sa création faite avec des lettres découpées à la main avec un fragment de « Chantez des cantiques » poème, par le roi Salomon.
    Shalem / Chasser 2015 Une installation de sculpture en trois parties en fonte d’ aluminium, qui est une représentation textuelle de l’importance historique du ghetto juif.
    Vivre à Venise, conférence invitant à une rélfexion sur la vie à Venise de nos jours, à l’Ateneo Veneto, Campo San Fantin, le 4 avril 2016.
    Conférence Architecture fermée, architecture ouverte ? Le Ghetto de Venise dans le contexte urbain, au Palais Barbarigo della Terrazza, San Polo, 2765/A, le 27 juin 2016 à 18h.
    D’autres manifestations sont proposés à l’international, à Shangaï, Belgrade, San Francisco, Jérusalem, Tel Aviv, etc.

Site officiel des 500 ans du Ghetto de Venise

Pages venise1.com sur le Ghetto de Venise

.

Twitter

Prix Marco Polo Venise

Le prix Marco Polo Venise est un nouveau prix littéraire qui récompensera un roman écrit ou traduit en langue française « célébrant la richesse des cultures, l’altérité et l’universalité. »

Le Prix de la Sérénissime

Ce tout nouveau prix littéraire entre directement en concurrence avec le Prix de la Sérénissime, créé entre autres par Mme Chrisitne Bach. Le Prix de la Sérénissime entend récompensé placé sous le signe d’une conquête intérieure, gagnée par un style qui ouvre sur une vision du monde jubilatoire, aventureuse et libre. Le premier lauréat (juin 2015) est l’écrivain français Yannick Haenel, pour son livre Je cherche l’Italie paru chez Gallimard.

Le Prix Marco Polo Venise

Le prix Marco Polo Venise est un prix franco-italien qui est, lui, créé par M. Stéphane Ruffier-Meray et Mme Christine Bach, fondatrice également du Prix de la Sérénissime qu’elle a quitté.
Le jury de ce prix Marco Polo Venise est présidé par Mme Muriel Mayette-Holtz, directrice de la Villa Médicis. Il est composé de Mme Christine Bach, entourée de sept écrivains : Evelyne Bloch-Dano, Franz-Olivier Giesbert, Simonetta Greggio, René Guitton, Daniel Rondeau, Alberto Toscano, Florian Zeller.
Le lauréat sera connu en juin 2016, dans le palais Morosini, samedi 11 juin, plus précisément.

La sélection du prix Marco Polo Venise

Les premiers ouvrages sélectionnés sont conus. Je vous les livre ici :

  • Alessandro Barrico, La jeune épouse (Gallimard)
  • René de Ceccaty, Objet d’amour (Flammarion)
  • Vincent Enge, Le miroir des illusions (Les Escales)
  • Elena Ferrante, Le nouveau nom (Gallimard)
  • Agnès Michaux, Codex Botticelli (Belfond)
  • Andréa Molesini, Presagio (Calmann-Lévy)
  • Olivier Weber, L’enchantement du monde (Flammarion)

Nous vous donnons rendez-vous cet été, pour l’attribution de ce nouveau Prix Marco Polo Venise.

Twitter

4e More festival à Venise 2016

Le More festival à Venise en est à sa 4e édition. De quoi s’agit-il ? D’un festival de musique et d’art, qui se déroule de 2 au 5 juin 2016.

Le More festival à Venise ?

More Festival à Venise 2016Sans vouloir offenser aucun de mes lecteurs, disons que le More Festival à Venise est plutôt organisé… pour les jeunes. Eh oui, Venise n’est pas un musée, des jeunes y vivent et ont besoin de musique pour vivre. Les moins jeunes aussi, mais leur musique est davantage présente à Venise.

Question spectacle, ça se passe sur l’île San Servolo et sur la terre ferme. On y entendra les Pachanga Boys, Joakim, Horse Meat Disco ou encore Kalabrese, Is Tropical et Fùgù Mango, en live.
Mais à ce jour le programme est en partie tenu secret. Néanmoins, je compte sur votre discrétion, je vous livre ici quelques échantillons de ce que vous pourrez entendre. Et bien sûr, je vous en reparlerai lorsque le programme sera officialisé.

Programme du More Festival à Venise

More festival le Jeudi 2 juin 2016

Ouverture du festival, avec apéritif de bienvenue à 19h, suivi de Is Tropical à partir de 21h. Dans quel lieu ? Ah, c’est pour le moment Top secret.

More festival le Vendredi 3 juin 2016

Sur la terre ferme, sur More Island, les Pachanga Boys et Kalabrese & Rumpelorchester de 19h à 2h, cependant que Horse Meat Disco fera danser les festivaliers à partir de 23h au Club More.
Mais vous préfèrerez peut-être rester dans la lagune ? Alors, vous devrez vous diriger vers les Crocodile Boats.

More festival le Samedi 4 juin 2016

Dans les lieux précemment cités, vous vous régalerez dès 19h avec Prints Thomas et Lindstrøm, suivi, à 23h de Joakim.

More festival le dimanche 5 juin 2016

Pour la clôture de ce More festival, un immense BBQ est organisé pour profiter de la douceur vénitienne et se laver des nuits de fêtes précédentes… avant l’apothéose avec Spiller et le Live de Fùgù Mango.

Vous ne connaissez pas les artistes du More festival ?

Si vous ne connaissez pas les noms des artistes cités, c’est que ce festival n’est pas fait pour vous. Venise n’est pas un musée, les jeunes vénitiens ont besoin de distractions festives, comme partout ailleurs. Ce festival s’adresse à cette jeunesse, comme aux jeunes touristes d’ailleurs et c’est tant mieux comme ça.

Twitter

No grandi navi à Venise

No grandi navi est le slogan d’un large mouvement de protestation à Venise, le Comitato No grandi navi, qui s’oppose au passage des navires de croisière. Ces grandi navi, les grands navires entrent dans la lagune au Nord du Lido par la passe de San Nicolo, traversent le bassin de Saint Marc, le canal de la Giudecca et rejoignent le port de croisière.

Nombreux sont les vénitiens et les touristes qui pensent qu’ils sont trop laids et dénaturnet la beauté de Venise.
Trop monstrueux, la ville de Venise voulut les limiter (2014), à 96000 tonneaux et 5 passages maximum par jour. 5 paquebots de ce type par jour, c’est tout de même 15000 visiteurs de plus en une journée ! Et le lendemain, ça recommence.
Mais l’arrêté fut cassé en justice et désormais, les navires de croisière sont bien plus importants et bien plus nombreux. On a compté plus de 600 arrivées de paquebots en une année (le record est à 900) et certains d’entre eux, de 130, 140 000 tonneaux sont porteurs de plus de 4000 passagers par bateau.
Je vous en parlais déjà en 2014. Voulez-vous que nous fassions un nouveau point de la situation ?

No grandi navi : Pourquoi tant de haine

No grandi navi Navires de croisière à VeniseJe vous propose de faire le point ensemble sur l’activité de ces navires et ses conséquences, loin des querelles partisanes, avec le maximum d’objectivité.
Le passage de ces navires immenses pose-t-il quelques problèmes ?

Les risques d’accident

Il est certain que ces navires de plusieurs milliers de tonnes croisent à quelques dizaines de mètres des quais et des palais vénitiens. Or, vous le savez, les bateaux ne possèdent pas de freins. Arrêter plusieurs milliers de tonnes qui sont en mouvement, même lancées à très faible allure, nécessite mathématiquement une certaine distance qui dépasse largement les quelques dizaines de mètres disponibles.
Certains prétendent que le bateau ne pourrait heurter violamment les quais parce qu’il serait freiner par la vase du fond du canal. Sans doute, mais il commencerait à être freiner bien près des quais. Et est-ce vraiment scientifique de compter sur un tel ralentissement ? Je rappelle qu’en juillet 2016, par erreur, l’un de ces géants s’est dangereusement approché du quai vers l’Arsenal.
Alors, risque d’accident ou pas ? Réponse : oui

Conséquences d’un éventuel accident

no grandi navi Grands navires de croisière à VeniseEn cas d’accident, outre le préjudice grave aux édifices, il faut prendre en compte les conséquences sur un plan écologique et humain.
Comme vous le savez, la lagune est un écosystème spécifique, constitué d’environnements variés : d’eau salée et d’eau douce, de fonds situés à 20cm sous la surface de l’eau ou à plusieurs mètres, d’endroits de passages humains et de lieux sans activité, où l’eau circule toujours en fonction des marées, dans un sens ou dans l’autre, milieu en partie érodé ou comblé par la mer et les rivières.
C’est donc un écosystème complexe, vivant, varié et instable par nature.
En cas de déversement de fioul, d’huile ou autre produits dans l’eau de la lagune, au regard des caractéristiques de l’écosysthème évoquées, vous comprenez le désastre que cela représente. Et vous savez bien que le « nettoyage » ne se fait pas en quelques jours.
Impact sur la faune et la flore ? Réponse : oui.

Impact sur les édifices

Il faut savoir que les ondes crées par le déplacement de ces mastodontes viennent heurter les rives, provoquant un lent déchaussement des pierres et des briques. Rappelons qu’en plus, le sol de Venise est relativement meuble et ne favorise pas la stabilité des constructions.
Alors, les grands navires responsables des fissures des édifices vénitiens ? Au risque de faire hurler certains détracteurs des grands navires, je doit répondre : Pas plus que les autres embarcations.
Sur ce plan, on peut crier No grandi navi si on veut, ces bateaux ne sont pas responsables de tous les déchaussements, puisqu’on les constate aussi dans les petits canaux. C’est l’ensemble de la navigation à moteur qui nuit à la stabilité des pierres.

Impact sur la faune et la flore de la lagune

no grandi navi et faune de la lagune vénitienneMême sans prendre en compte l’accident, toujours possible, ces grands navires ont-ils un impact sur la faune et la flore ?
Un profond canal permet de relier la mer adriatique au port de croisière de Venise et jusqu’à Marghera. L’écosystème spécifique de la lagune de Venise est malmené par un volume d’eau salée important qui pénètre dans la lagune à chaque marée et modifie l’équilibre en place. Notez que je vous précisais bien que la lagune est un milieu, par nature, instable. Cette instabilité naturelle résulte aussi à ces échanges d’eau, mais ici, ils sont en partie déséquilibrés.
Alors les grands navires ont-ils ou non un impact sur la faune et la flore ? Réponse : oui, du fait de la profondeur des chenaux qui leur sont nécessaires.

Impact sur l’acqua alta

L’acqua alta, c’est l’eau haute, c’est-à-dire les inondations. On observe que ces inondations à Venise sont de plus en plus nombreuses.
Il est clair qu’elles sont dues au lent enfoncement des édifices (qui a pu atteindre par endroit 1cm par an) et à l’élévation du niveau de la mer Adriatique (4,9mm par an au niveau du Lido et 4,2mm par an dans la lagune).
Autrefois, la lagune comportait de nombreux îlots très petits, inhabités (les velmes et les barènes) et qui avaient pour fonction de retenir l’eau des marées, un peu comme le feraient des gabions. A Venise, on ressentait bien sûr les marées et parfois les inondations, mais de façon limitée.
Avec le creusement du canal large et profond (plus de 15m) reliant l’Adriatique à Venise et Marghera (canal utilisé au début du XXe siècle par les chantier naval de Marghera Ernesto Breda qui construisaient des paqubots et par les navires du port pétrolier de MArghera), rien n’arrête l’entrée de la mer. Les marées se propagent plus rapidement.
45 jours d’inondation en 2011, sale année.
La ville a entamé des travaux de réhaussement des quais, quand c’était possible. Le pharaonique projet Mose de digues mobiles est en cours de construction. Il est très décrié mais c’est un autre problème.
Je rappelle que le profond canal a d’abord était creusé pour les pétroliers du port de Marghera. C’est ce même canal qu’utilisent les bateaux de croisière.
Les navires de croisières responsables des inondaitons à Venise ? Par voie de conséquence : oui.

Impact sur l’économie

La question économique est particulièrement épineuse. Qui s’y frotte, s’y pique.
Il est certain que l’accostage et le stationnement de ces immenses paquebots rapportent beaucoup d’argent. 40 à 50 000€ par bateau. Mais à qui profite-t-il ?
A la ville de Venise, aux vénitiens ? Pas vraiment. Ces milliers de visiteurs supplémentaires quotidiens (chiffre au plus bas de la fréquentation durant la limitation d’accès des bateaux de croisière en 2014-2015) bénéficient de toutes les commodités dans leurs bateaux. Ils n’achètent rien sur place. Ils ne visitent qu’en passant, sans entrer dans les musées ou les sites publics car ils n’ont pas le temps. Souvent, leur durée de séjour est de… 1 jour. Ils n’achètent que quelques souvenirs.
Autrement dit, ces visiteurs, c’est comme une ville entière qui s’envient déambuler à Venise, visiteurs que la ville prend en charge au niveau nettoyage, entretien des toilettes publiques, passages surélevés durant les inondations, des très nombreux ponts, des parcs, des rues, etc.
Les rues sont par moment surpeuplées, les vénitiens désertent leur ville et les commerces de proximité disparaissent au profit de magasins pour touristes, vendant des articles « made in Italy » ou « made in Murano », fabriqués à l’étranger.
La situation devient parfois tendue vis à vis de ces bateaux de croisière.

No grandi navi et tourisme de masse

Mais je voudrais qu’on évite les amalgames et les grandes généralités. Il ne faut pas en vouloir aux croisiéristes eux-mêmes. Ces gens ont parfaitement le droit d’aimer les croisières. Ce ne sont pas eux les responsables.
La guerre aux responsables des croisières et ceux qui les favorisent : Oui. La guerre aux croisiéristes : Non.
L’afflux de touristes à Venise, on pourrait parfois dire l’envahissement, n’est pas seulement dû à la présence des croisiéristes. En 2006, les croisiéristes étaient 1 500 000 sur plus de 20 000 000 de visiteurs, soit 7,5% des touristes. C’est tout un système économique qui propose des déplacements bon marché, tout un changement de mentalité qui fait que désormais les gens voyagent volontiers et trouvent des distractions qui les attirent, fussent-elles artificielles ou contre-nature. Peu à peu, Venise se transforme en Disney Land.
Mes amis vénitiens me le pardonneront mais ils doivent avoir conscience des vraies responsabilités et convaincre ceux qui ont le pouvoir de changer quelque chose. La ville de Venise elle-même a bien pensé réguler le flux de touristes, mais sans vraiment trouver de solution viable.
C’est peut-être cette absence de solution qui révolte le plus les vénitiens, révolte en partie focalisée vers les bateaux de croisière.

Les projets passés ou en cours

On a interdit les plus gros des bateaux de croisière (2014) puis, suite à des recours juridiques, on les a autorisés à nouveau. Puis, on a prévu de les faire passer par le sud de la lagune, donc sans traverser le bassin de Saint Marc ni le canal de la Giudecca.
On réfléchit à un port directement sur la mer Adriatique. Pourquoi pas ? Mais toutes ces solutions ne résolvent que très partiellement le problème posé à la conservation de l’écosystème de la lagune vénitienne, à la dégradation des édifices rongés par la salinité de l’air et de l’eau, au déchaussement des pierres, aux coûts exorbitants de toute restauration des pierres qui font partie intégrante d’édifices historiques, à la surpopulation touristique de la ville, à la fuite des vénitiens vers d’autres villes, à la disparition des commerces de proximité au profit des boutiques de souvenirs, etc.

No grandi navi car Venise n’est pas un musée

Et pourquoi pas un grand parc d’attraction, genre Disney Land, à l’Ouest de la Giudecca ? Ne riez pas, il en a été question mais l’idée a été abandonnée. Ca permettrait aux visiteurs de passer devant des palais multicentenaires à l’infini raffinement, pour aller s’amuser avec Donald et Mickey. A terme, on ne viendrait plus visiter Venise mais son parc d’attraction. Vous allez voir, l’idée reviendra.

Bon, je m’éloigne un peu de mon Comitato No Grandi navi. Sur cette question, il faut prendre un peu de hauteur. Et lutter contre l’envahissement de la ville par le tourisme de masse et sa désertification par ses habitants. Il faut se sentir solidaire des vénitiens en colère, que l’évolution économique chasse de leur ville. Mais, que faire concrètement ?

Je l’ai dit, il appartient aux vénitiens de convaincre ceux qui ont en charge le devenir de leur ville et de leur région. C’est de là que viendra toute évolution positive. Mais, ce ne sera pas un mince affaire. Il faut aussi se faire doublement respectueux en parcourant Venise et expliquer à tous les visiteurs cette unicité de la ville, cette fragilité à protéger, cette richesse à préserver et par-dessus tout, défendre les vénitiens, même dans leurs abus. Si rien ne change, il y aura des abus et des erreurs. Il faudra les comprendre et continuer d’aimer cette ville et ses habitants.

Partager toujours. Compter sur l’humain.

La vraie richesse d’une ville, ce ne sont pas ses palais, mais ses habitants.

Twitter