Réservez hôtels, appartements et visites, coupe-files, etc

Venice Secrets au Palais Zaguri, 2e partie


Venice Secrets au Palais Zaguri, 2e partie, relate le côté cruel et même morbide de Venise.  De nombreuses machines, objets et instruments de torture sont présentés. L’exposition présente l’histoire de la terreur, de la justice et de la peine de mort, à travers différents objets et machines de torture. 

Venice Secrets au Palais Zaguri, 2e partie: Machines de torture 

De l’âne (espagnol) à la ceinture de chasteté

Âne (espagnol)

Des prisonniers de l’Inquisition (religieuse) étaient placés nus, sur un genre de portique en bois muni de piques métalliques, des poids étaient aussi accrochés à leurs pieds.

Arracheur de Poitrine

Appareil spécifiquement réservée aux femmes. Il était ensuite chauffé. Le bourreau introduisait alors les piques à l’intérieur de la poitrine, et pour terminer il tirait violemment en arrachant tout au passage.

Arracheur de Langue

La victime était avant tout, obligée de garder la bouche ouverte, le temps que le bourreau enfonce l’outil et arrache tout simplement la langue.

Briseur de genou, Presse pouce, étau et écraseur à vis, etc

Le briseur ou écarteur de genou, méthode de torture utilisée principalement par l’Inquisition. Le genou du condamné était positionné entre deux barres en bois ou en fer, toutes deux munies de grands clous. Pour obtenir des confessions, il fallait bien évidemment resserrer les barres avec une vis. Bien sûr, la victime devenait invalide à vie.

La partie du corps placé à l’intérieur était broyé par l’écraseur de vis, il en existe des versions pour les doigts, les mains etc.

Cage ou cheba 

Une cage était suspendue dans les airs, à un arbre ou à une potence. Bien souvent le condamné ne pouvait se tenir debout du fait de la petite taille de la cage. Il était ainsi enfermé et finissait souvent dévoré par les oiseaux, à la vue de tous.
Notamment à Venise, la cheba était accrochée à une poutre qui dépassait de la face sud du Campanile Saint Marc. Ce supplice était réservé aux prêtres et hommes d’église, comme Don Agostino di Santa Fosca, par exemple. Ce supplice est aboli en 1518.

Ceinture de chasteté, Ceinture de contention

La ceinture de chasteté destinée à la protection est devenue un outil de torture.

De la chaise à clous au crucifiement 

Chaise à clous, chaise de torture, etc

La victime s’asseyait sur une chaise, posait les bras sur les accoudoirs et le bourreau resserrait au fur et à mesure les liens qui attachaient la victime. Selon la version, le trône était également chauffé à l’aide d’une flamme. La chair ramollie par la chaleur permettait aux pointes de rentrer plus facilement. Torture utilisée pour les interrogatoires.

Claquement de tête simple, double ou compresseur de tête

La tête du supplicié était serrée entre deux plaques.

Le bourreau tournait la vis, jusqu’à ce que la mâchoire et le crâne de la victime se brisent.

Collier

 

En fer ou de bois, il était mis au cou du condamné et attaché afin de forcer la personne à rester dans une position plutôt inconfortable.

Crucifiement

La victime est suspendue à une croix, clouée ou attachée, jusqu’à sa mort. L’exemple le plus frappant est la crucifixion de Jésus-Christ 

De la fourchette de l’hérétique à la roue 

Fourchette de l’hérétique

Pendant la Renaissance, cet instrument était utilisé comme moyen de torture. Cette fourchette avec des pointes aux deux extrémités, était attachée autour du cou du condamné, afin que les pointes touchent la gorge et le sternum. Le but était de priver la victime de sommeil. Elle était accrochée au mur sans toucher le sol. Si par malheur elle s’endormait ou somnolait, les pointes lui rentraient dans la chair.

Grille destinée à brûler la personne

Mandragore est réputée pour avoir des propriétés surnaturelles effrayantes.

Pantoufle de fer, Botte de fer, Etau

Différentes variantes existent comme la botte espagnole , la botte malaise et étaux en fer, parfois armés de pointes . Utilisée lors d’interrogatoires et conçue pour provoquer des blessures par écrasement du pied et/ou de la jambe. La botte connut des formes diverses selon les lieux mais aussi les époques.

Pilori ou échelle patibulaire

Le pilori peut être un collier de fer relié à une chaîne, et attaché à un poteau. Il peut aussi être formé de deux pièces en bois avec trois demi-cercles, deux pour les mains et un pour le cou. Lorsque le dispositif est fermé, la personne ne peut pas bouger. Le but est d’exposer la personne au public et non de la faire mourir.

Roue

Le supplice de la roue était bien souvent composée de deux étapes. Tout d’abord le bourreau donnait des coups violents pour briser les membres, ensuite la victime était exposée, agonisante sur la roue (photo 2) pendant un temps plus ou moins long.

Le Supplice de la scie

De la table d’étirement à la vierge de fer

Table d’étirement, chevalet, machine à écarteler

L’étirement est un mode d’exécution pour les crimes graves, comme les régicides. L’écartèlement consistait à arracher simultanément les quatre membres du corps. Supplice qui servait pour donner la mort mais aussi pour obtenir des aveux. 

Supplice par l’eau, l’huile ou le plomb…

Le supplice par l’eau

Le condamné était allongé, à l’aide d’un entonnoir, les bourreaux le forçaient à boire au moins six litres d’eau. L’urètre et l’anus étaient volontairement noués et bouchés. Généralement, la victime mourait étouffée.

Le supplice par le plomb ou autres 

Divers fluides en fusion comme par exemple de l’huile, de l’eau bouillante mais aussi du plomb …étaient versés dans la bouche et les yeux des torturés.

Vierge de Fer

C’ est une sorte de prison métallique individuelle dont les parois sont recouvertes de piques. Une fois à l’intérieur, la victime est dans l’incapacité de bouger. Ainsi, le tortionnaire peut passer d’autres piques par des trous prévus à cet effet tout en lui posant des questions. 

Il est aussi possible de découvrir :
des cellules de la prison des plombs, les piombi, le livre de Prospero Farinacci Responsa criminalia, vol. 1, traduit par Giorgio Varisco, et bien d’autres objets ou instruments de torture.

Tous les instruments et objets de torture ne sont pas listés dans cet article, pour les découvrir tous vous, pouvez vous rendre au Palais Zaguri.

Voir aussi les autres articles:

Le Palais Zaguri

Venice Secrets au Palais Zaguri, 1ère partie

Real Bodies, Human Art Exhibition au Palais Zaguri 

Informations sur le Palais Zaguri, Venice Secrets

Palazzo Zaguri
Calle Zaguri, 2667
Campo San Maurizio 30124 Venise, dans le sestiere San Marco.

Horaires
Tous les jours de 11h00 à 18h00 (dernière entrée 17h00)

Tarif
Plein tarif 18€
réduit 16€
entrée gratuite pour les enfants de moins de 6 ans, mais aussi pour les accompagnants d’une personne gravement handicapée

Site Web pour les réservations

RESERVEZ HÔTELS, APPARTEMENTS, VISITES, COUPE-FILES !

L'association Italie1 utilise les COMMISSIONS de nos partenaires
pour faire connaître SANS COMMISSIONS l'offre des vénitiens

Location Booking.com Venise    pass réservation activité visisite guidée Venise    Audioguides

Toutes les offres Lastminute



© Les textes, logos, images, photos et vidéos de ce site ne sont pas libres de droits et ne peuvent être utilisés qu'avec l'accord écrit de l'auteur ou du responsable du site venise1.com .

AUTRES INFORMATIONS SIMILAIRES