Réservez hôtels, appartements et visites, coupe-files, etc

SOS Venezia


 

SOS Venezia est le slogan utilisé pour faire comprendre le dérèglement que subit Venise. Nous sommes nombreux à aimer Venise ET ses habitants, qui sont sans doute la plus grande richesse de Venise. Et cette population souffre. Voyons pourquoi et que faire.

SOS Venezia SOS Venise

 

 

SOS Venezia, les habitants souffrent

Depuis de très nombreuses décennies, la population de la ville diminue. Par « Venise », nous entendons le centre historique, celui qu’on vient visiter et non la communauté de communes qui englobe des villes de la terre ferme.
Ce phénomène de dépeuplement est dû à plusieurs causes.
L’une d’elles, c’est la spécificité de cette ville sans voiture ni vélo, qui contraint à tout faire à pied ou en vaporetto. Cette spécificité restreint les possibilités d’évasion dont les jeunes peuvent avoir besoin. La terre ferme répond-elle davantage à leurs besoins ?

SOS Venezia et des habitants asphyxiés

SOS Venise défigurée par les stands à touristesMais il est un autre phénomène crucial, celui de la massification du tourisme. Non pas le simple tourisme qui est attendu et salutaire, mais le sur-tourisme impersonnel qui défigure Venise.
En effet, le problème de ce sur-tourisme est la massification disproportionnée des foules et leur pendularité durant les mêmes heures de la journée et dans les mêmes lieux. Trop de monde dans des ruelles qui n’ont pas été prévues pour ça.
A cela s’ajoute, disons-le clairement, le comportement irrespectueux de quelques uns, mal éduqués et vulgaires ou s’octroyant toute liberté au détriment du plus grand nombre, pose également de sérieux problèmes de cohabitation.

Le cercle vicieux du sur-tourisme

SOS VeniseAvec tant d’afflux de visiteurs, l’activité économique s’oriente vers l’hébergement, la restauration, la vente de souvenirs. Les emplois sont principalement ceux liés au tourisme, les autres domaines se raréfient. Les loyers grimpent, le prix des appartements s’envole. Les Vénitiens trouvent difficilement à se loger et travailler. Les commerces de proximité ferment au profit de commerces de pacotille, totalement inutiles aux habitants. Leurs transports sont saturés et c’est un euphémisme.
Et les possibilités de travail s’amenuisent.
Par conséquent, les habitants ont tendance à déserter cette ville où ils ne peuvent plus vivre. Et le cercle vicieux se met en place, les habitants sont remplacés par des touristes, toujours plus nombreux qui, malgré eux, accélèrent le dérèglement de la cité.
Mais ces touristes, il faut aussi les transporter. Or, les transports en commun nuisent aussi à la préservation de la ville historique et fragile (pollution, dégradation des constructions, etc).

Alors que faire ?

L’action pour arrêter l’inexorable diminution de la population ne consiste pas à supprimer le tourisme. Encore une fois, le tourisme est attendu et salutaire. Donc oui, il faut accepter le tourisme comme activité économique, mais en recevant les visiteurs décemment. 

Meilleur accès des habitants aux décisions

Mais peut-être, la première chose à faire serait de rendre les Vénitiens (habitants de Venise centre historique) responsables du développement de leur ville. Les principaux intéressés seront mieux à même de gérer leurs problèmes. Mais ils n’ont actuellement presque pas voix au chapitre, face à la communauté de commune, à la région, à l’état. 

L’accès au logement

Il s’agit plutôt de créer une politique de la ville pour réduire les structures d’accueil et qui viserait à faciliter l’accession des habitants au logement.

Développement des commerces de proximité

Il faudrait une politique visant à redéployer des commerces de proximité, ces commerces indispensables qui ferment, faute de ratio satisfaisant entre coût de fonctionnement des boutiques et zone de chalandise qui se désertifie.

Faciliter l’usage des transports

Il s’agit de développer et harmoniser les transports en même temps les rendre moins nocifs. En période estivale, de longue file d’attente retarde les habitants matin et soir, dans leur vie de tous les jours.

Repenser l’économie

Et surtout, il faudrait pouvoir réorienter l’économie pour l’ouvrir vers de nouveaux domaines et, comme le disait Matteo Secchi, ne pas se satisfaire d’une « mono-économie du tourisme ».

Des idées, les Vénitiens n’en manquent pas. Comme le disait Saverio Pastor dans l’une de nos vidéos, on pourrait créer un pôle d’excellence de la navigation, installer à Venise des chercheurs, informaticiens, architectes navals, qui pourraient résoudre les perturbations liées au transport dans des canaux conçus à l’origine pour des barques à rame.

Les Vénitiens résistent

Rappelons-nous, il n’y a pas si longtemps, cette longue lutte contre le passage des navires de croisière dans la lagune et le bassin de Saint Marc. Il aura fallu beaucoup de convictions, beaucoup d’efforts, beaucoup de volonté, beaucoup de temps et de mobilisation, mais désormais, les navires de croisières, ces grandi navi, ne traversent plus le Bassin de Saint Marc devant Venise. Ils passent néanmoins toujours dans la lagune, à l’Ouest de Venise.
Espérons que la lutte des Vénitiens contre l’exploitation éhontée du sur-tourisme soit à son tour couronnée de succès. Cela dépend d’eux. Mais pas seulement, cela dépend de nous. Il nous appartient, tout touriste que nous soyons, de leur exprimer notre solidarité et de nous placer à leur côté. Sans réserve.
Les fidèles de notre site l’ont remarqué. Depuis des mois déjà, notre logo comporte le fameux SOS Venise.
Pourquoi pas vous sur votre blog, vos réseaux sociaux ou votre Youtube ?
Et une fois dans la ville, centrons-nous presque exclusivement sur des commerces vénitiens, comme notre site vous aide à les repérer. Merci de ce que vous pourrez faire.

SOS Venezia contre les idées reçues

 Le tourisme profite à la ville. FAUX.
Le sur-tourisme profite à certaines sociétés ou certains individus. Mais il apporte davantage de soucis et de dépenses et détruit le tissu social.
Observez bien. Vous découvrirez des lieux emblématiques, comme la basilique Saint Marc qui se dégrade. Sans parler de ces innombrables murs en brique qui ont perdu leur enduit de façade et ne sont pas réparés, faute de moyens.

 Le barrage Mose a résolu les problèmes d’inondation à Venise. FAUX.
Le barrage Mose, non terminé à ce jour, qui ferme la lagune lors de l’acqua alta ne fonctionne qu’à partir d’une marée de 100cm. En deçà, Venise est inondée. Et les Vénitiens sont coupés de toute prise de décision en la matière.

 La population est responsable des décisions prises. FAUX.
Selon les domaines d’intervention, il existe de nombreux organes de décision, doit-on dire une jungle, qui retarde voire annihile toute décision. Et la plupart du temps, ces décisions sont prises sans l’avis des habitants.
Ceux-ci, par exemple, dans ce domaine, aimeraient bien qu’on résolve le problème grave des remontées capillaires, des infiltrations d’eau à travers le sol et les murs.

Démographie de Venise centre historique

Un décompte des habitants se trouve en vitrine de la pharmacie Morelli, campo San Bartolomeo, initié par venessia.com depuis 2008.
Voici l’évolution démographique :

1901 : 146 000 habitants
1951 : 174 000
1961 : 137 000
1971 : 108 000
1981 : 93 000
1991 : 76 000
2001 : 65 000
2011 : 59 000
2021 : 51 000
2022 : – 49 999 

Tourisme de masse ou tourisme à Venise

RESERVEZ HÔTELS, APPARTEMENTS, VISITES, COUPE-FILES !

L'association Italie1 utilise les COMMISSIONS de nos partenaires
pour faire connaître SANS COMMISSIONS l'offre des vénitiens

Location Booking.com Venise    pass réservation activité visisite guidée Venise    Audioguides



© Les textes, logos, images, photos et vidéos de ce site ne sont pas libres de droits et ne peuvent être utilisés qu'avec l'accord écrit de l'auteur ou du responsable du site venise1.com .

AUTRES INFORMATIONS SIMILAIRES


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.