réservation de la basilique Saint Marc à Venise

Façades de la basilique Saint Marc

Les façades de la basilique Saint Marc à Venise sont la première rencontre avec l’édifice. En effet, on est débord frappé par les façades, avant même de pénétrer dans la basilique. Elle sont d’un style… non défini. Pourtant, elles attirent et charment le visiteur.

Façades de la basilique Saint Marc : façade principale

La façade principale de la basilique comprend 4 grands portails, du 12e siècle et, sur la droite, la fenêtre de la chapelle Zen.
Nous vous proposons de les visiter de gauche à droite.

Façades de la basilique Saint Marc : LE PORTAIL DE SAINT ALIPE

façades de la basilique Saint Marc à VeniseD’abord, vous trouvez sur la gauche de la façade principale de la basilique, le portail de Saint Alipe, orné sur son tympan, d’une mosaïque représentant la Translation du corps de Saint Marc dans l’église. Et au-dessus, dans les lunettes du registre supérieur, la descente de croix. Cette mosaïque date de 1260-1270. Elle est la seule à appartenir à la décoration d’origine.
Les mosaïques des autres portails datent de 1617-1618.

Façades de la basilique Saint Marc : LE PORTAIL DE SAINT PIERRE

Un Doge et le peuple accueillant le corps de Saint Marc à Venise, illustre le portail de Saint Pierre, avec, au-dessus, entre les clochetons, la descente du Christ aux limbes.

Façades de la basilique Saint Marc : LE PORTAIL CENTRAL

Les ornements du portail central ont vraisemblablement été édifiés en une dizaine d’années à peine, au milieu du 13e siècle, 1235-1245 environ. Il est composé en fait de 3 arcs, décorés de motifs romans-byzantins. Vous y retrouvez la représentation de la Terre, de l’Océan avec ses animaux, les mois, les signes du zodiaque, les Vertus, les Béatitudes.

La mosaïque, refaite au 19e siècle, présente un Christ en majesté et le jugement dernier.
On y retrouve aussi certains sujets familiers de la période romane. Comme par exemple, la présence de Satan et la luxure,  tenant en main une vigne mêlée à un grenadier.
De plus, vous découvrez aussi Samson luttant contre un lion, ou des oiseaux aux cous entrelacés. Autant de symboles de la lutte entre le Bien et le Mal.

Sur la face interne de l’arc central, sont représentés les mois et les signes du zodiaque, illustrations traditionnelles romanes.
En outre, l’arc extérieur est orné des métiers vénitiens, représentés comme faisant partie d’une Jerusalem céleste, c’est-à-dire d’une société idyllique, bien gérée et heureuse.
Enfin, vous admirerez aussi les marbres des colonnes aux couleurs différentes. Beaucoup de ces marbres provenaient des possessions vénitiennes en Orient.

Façades de la basilique Saint Marc : LE PORTAIL DE SAINT CLEMENT

Sur la droite du portail central, le portail de Saint Clément est orné d’une mosaïque représentant l’arrivée du corps de Saint Marc à Venise et au-dessus, la résurrection du Christ.

Façades de la basilique Saint Marc : LA NICHE DE LA CHAPELLE ZEN

Tout à droite, dans la niche extérieure de la chapelle Zen, figurent l’enlèvement de la dépouille de Saint Marc et dans la lunette supérieure, l’Ascension.

Façades de la basilique Saint Marc : au Sud

Cette façade donne vers le Palais des Doges et la piazzetta. C’est une très belle façade qui retient l’attention par :

Les pilastres d’Acre

En effet, vous distinguez deux colonnes, qu’on surnomme les Pilastres d’Acre. Ces pilastres sont d’origine syrienne et datent du 6e siècle. Les vénitiens les ramenèrent de Saint-Jean-d’Acre après leur victoire sur les gênois, en 1258.

La pierre du ban

Une autre colonne intéressante est celle en porphyre rouge, assez basse, proche de la piazzetta. On la nommait la pierre du ban. Elle servait d’estrade sur laquelle montait ceux qui proclamaient les nouvelles lois.

La tête du carmagnole

A l’angle sud-ouest de la basilique, vers la piazzetta, vous découvrez un peu en hauteur, la tête du Carmagnole, une tête en porphyre rouge.
On y exposait les têtes décapitées des traîtres à la République. 3 jours et 3 nuits, qui devaient servir à comprendre ce qu’on encourait à trahir la Sérénissime.
Francesco Bussone, dit le Carmagnole, mourut ainsi décapité. Mais, la République se rendit compte trop tard de son erreur envers son fidèle condottiere.
C’est cette tête qu’on retrouve, sur un petit pilier au Sud-Ouest de la balustrade.

Les tétrarques

Proche de la Porta della Carta du Palais des Doges, se trouve le groupe en porphyre rouge des Tétrarques.
Les Tétrarques, ce sont les 4 gouverneurs de l’Empire romain mis en place par Dioclétien à la fin du 3e siècle.
Vous observez ce groupe où les Tétrarques, assemblés 2 par 2 se donnent l’accolade. Ils sont à l’image des relations entre Venise et Constantinople. A la fois des relations de conflits armés, sur terre comme sur mer. Et en même temps, des relations commerciales, mais aussi culturelles, qui n’ont jamais cessé entre les 2 peuples.

Façades de la basilique Saint Marc : au Nord

Enfin, à l’opposé du Palais des Doges, après la façade principale :

Cette façade Nord est attrayante, surtout pour sa Porta dei Fiori, sa Porte des fleurs. Il s’agit de la 1ère arcade, au fond sur la gauche.
Un bas relief de la Nativité surmonte la porte dei Fiori.

 

 Visite guidée de la basilique Saint Marc à Venise

Audioguide basilique Saint MarcPour visiter la basilique,
munissez-vous de notre
audioguide de la
Basilique Saint Marc.
en téléchargement immédiat.

 ou

réservez une visite guidée de la basilique Saint Marc


Retour à la basilique Saint Marc

 

Venise et l'orient chevaux de la basilique Saint Marc à Venise quadrige de la basilique Saint Marc à Venise

Chevaux de la basilique Saint Marc

Les chevaux de la basilique Saint Marc ont une origine qui est restée longtemps incertaine.
Etait-elle une oeuvre grecque ou une oeuvre romaine du 4e ou 3e siècle av. J.-C. ? Ou datent-ils de l’époque de Constantin, 3e siècle après J.-C. ? On a évoqué autant d’hypothèses par le passé.

Origine des chevaux de la basilique Saint Marc

Chevaux de la basilique Saint Marc quadrigeIls semblent bien que ces chevaux de la basilique Saint Marc à Venise soient un butin de guerre, ramené d’un hippodrome de Constantinople, en 1204, par le doge Dandolo, lors de la 4e croisade.

Cependant, ils auraient été déjà emportés, une première fois, comme butin de guerre par les ottomans eux-mêmes, puisqu’on soupçonne ces sculptures d’être, pourquoi pas, d’une origine romaine. Laissons les spécialistes à leurs recherches.
Quoiqu’il en soit, les chevaux de la basilique Saint Marc devinrent le symbole d’une Venise libre et triomphante.

Chevaux de la basilique Saint Marc et Napoléon

Napoléon, envahisseur de l’Italie, céda Venise à l’Autriche, en 1797. Il en emporta, entre autres, le quadrige, les 4 chevaux de la basilique Saint Marc dans son butin de guerre. Il eut l’idée de faire installer ces chevaux sur l’Arc-du-Caroussel, à Paris ! Mais l’installation ne se fit pas et finalement, les chevaux furent rendus.
Inutile de préciser que cet envahisseur qui dépouilla Venise est particulièrement haï des vénitiens. En 1805, Venise rejoignit le royaume d’Italie.
Venise récupèrera son quadrige en 1815, mais ne se sépara plus de sa haine envers Napoléon.

Les 4 chevaux de la basilique Saint Marc, en façade sur la loggia, sont des copies. Les originaux sont à l’intérieur.

Retour à la basilique Saint Marc à Venise


Visite guidée de la basilique Saint Marc à Venise
Audioguide en téléchargement immédiat
ou
visite guidée de la basilique Saint Marc


Visiter toutes les villes de  Vénétie  avec italie1.com
Votre hôtel à Venise parmi les 980 hôtels vénitiens
Retour en page d’accueil de Venise par venise1.com

 

Musées avec un enfant à Venise

Le musée d’histoire naturelle

Situé dans l’ancien Fondaco dei Turchi, l’entrepôt des turcs, ce musée d’histoire naturelle présente des collecitons se rapportant à l’environnement de la lagune et de la mer adriatique.

Le fondaco dei truchi et le musée d’histoire naturelle

Le fondaco dei turchi ou fontego dei turchi, est un ancien palais des Palmieri-Pesaro, au XIIIe siècle. Il passa ensuite entre divers propriétaires, le marquis Nicolas V d’Este, Aldobrandini, Priuli, etc. Il fut utilisé par le gouvernement vénitien comme palais d’accueil des hôtes de marque, puis de 1621 à 1838, propriété de Venise, il fut alloué aux négociants turcs. 

musee-histoire-naturelle-venise

En 1860, il fut restauré, disons plutôt reconstruit pour lui donner son indéfinissable apparence actuelle. 

Avant d’abriter le musée d’histoire naturelle à partir de 1923, il abrita un temps le musée Correr.

Visiter le musée d’histoire naturelle

Le musée conserve les collections des naturalistes des siècles passés, ainsi que celles des scientifiques vénitiens. Ces collections sont enrichies d’acquisitions et d’installations récentes.

C’est ainsi qu’on peut y découvrir des collections botaniques très anciennes, des herbiers dont, le fait est important et assez rare, un herbier mycologique présentant des milliers de spécimens de champignons.

La faune est également présente, par de multiples vitrines de papillons, de coquillage, de squelettes, etc. A noter aussi des vertébrés naturalisés, essentiellement des oiseaux et de petits mammifères, conservés, eux, dans l’alcool.

Vous découvrez aussi une partie consacrée aux sciences de la terre, minéraux, pierres semi-précieuses et fossiles. Un énorme saurien, un crocodile fossile, est formidablement mis en valeur, puisque le visiteur le côtoie, le surplombe et se rend ainsi compte de la nature de sa carapace mais aussi de ses dimensions impressionnantes.

Parmi les points attractifs, on peut aussi citer un aquarium des poissons de la lagune et notamment, une reconstitution des Tegnùe, des fonds marins de la lagune, dignes des eaux tropicales.

Enfin, et ce n’est certainement pas à dédaigner, de belles collections relatives à l’histoire des sciences, pièces anatomiques, anthropologiques, archéologiques, bref cela va des premiers instruments d’optique aux modèles d’anatomie en papier maché, en passant la pirogue vénitienne du XIIe siècle retrouvée dans la vase de la lagune.

Infos pratiques sur le musée d’histoire naturelle de Venise

Museo Storia Naturale
Santa Croce 1730
30135 Venezia

Accès :
Vaporetto ligne 1, arrêt San Stae

Du 1er avril au 31 octobre, ouvert de 10h à 18h
Du 1er novembre au 31 mars, ouvert de 9h à 17h du mardi au vendredi et de 10h à 18h, le samedi et dimanche.
Fermé le lundi, 1er janvier, 25 décembre et 1er mai

Gratuit pour les – 18 ans de l’UE
Fait partie du Museum Pass ou du City pass
Voir aussi la Rolling Venise card

 

San Giorgio dei Greci

San Giorgio dei Greci, vous l’avez deviné, c’est, littéralement, Saint Georges des grecs.

Les Greci, les grecs à Venise

San Giorgio dei GreciLes grecs, présents à Venise depuis le XIe siècle, trouvèrent refuge dans la cité lagunaire et s’y fixèrent après la chute de Constantinople, en 1453, prise par les Ottomans. Ils formèrent bientôt l’une des plus importantes communautés étrangères dans la ville. On compta jusqu’à 4000 ressortissants grecs.

Ces Greci, ces grecs donc, sont des chrétiens de rite oriental, dit orthodoxe ou plus globalement byzantin, qui ne se plaçaient pas sous l’autorité du Pape mais reconnaissaient l’autorité du patriarche de Constantinople.

Ces grecs formèrent une diaspora mais en même temps, furent intégrés à la vie vénitienne, d’une part grâce à leurs activités commerciales, mais d’autre part parce qu’ils participaient, dans la cavalerie par exemple, aux guerres menées par Venise.

Du début du XVIe siècle à la fin du XVIIe, ils construisent à Venise de nombreux édifices : écoles, église orthodoxe comme San Giorgio dei Greci dont la construction démarra en 1511, cimetière, appartements privés et une Scuola, c’est-à-dire une maison communautaire ou de bienfaisance, souvent les deux à la fois.

L’église San Giorgio dei Greci

Leur église San Giorgio dei Greci se repère aisément, grâce à son très beau clocher blanc… particulièrement penché au bord du Rio dei Greci (notre photo).
L’église elle-même est une construction à la décoration toute byzantine. Elle est ornée de mosaïques représentant Saint Georges tuant le dragon.

Le musée d’icônes de San Giorgio dei Greci

La scuola San Nicolo abrite un magnifique musée d’icônes, l’un des plus important d’Europe.

Informations pratiques sur San Giorgio dei Greci

Adresse
San Giorgio dei Greci et San Nicolo
Salizada dei Greci
de suite à droite au pied du pont dei Greci, en arrivant de Saint Marc

Horaires
Les visites sont autorisées de 9h à 17 ou 18h.

 


Visiter toutes les villes de  Vénétie  avec italie1.com
Votre hôtel à Venise parmi les 980 hôtels vénitiens
Retour en page d’accueil de Venise par venise1.com

 

Zenobio le palais arménien et environs

Les Zenobio étaient une famille grecque, habitant Vérone, qui fit partie des familles patriciennes de Venise au XVIIe siècle. Ils étaient effectivement vénitiens, puisqu’une partie de la Grèce était colonie vénitienne.
C’est sur la Fondamenta del soccorso, une voie tranquille, derrière le campo Santa Margherita et le campo dei Carmini, que se situe le Palais Zenobio.

Le Palais Zenobio à Venise

Palais Zenobio à VeniseUn ancien palais Morosini fut acquis par les Zenobio au XVIIe siècle et fut rénové par l’architecte Antonio Gaspari.
Il possède encore quelques salles magnifiquement ouvragées de stucs et de dorures, ornées de peintures et de fresques, comme la magnifique salle de bal, par exemple.
Notez au passage que les musiciens se tenaient sur une tribune en hauteur afin que la salle elle-même ne soit réservée qu’aux invités.
Le palais Zenobio fut décoré par des artistes comme  Luca Carlevaris, le français Louis Dorigny qui décora la salle de bal justement et Gianbattista Tiepolo.

Il possède aussi l’un des plus vastes jardins privés vénitiens, jardin à la française, c’est assez rare pour être signalé.

Le palais Zenobio des arméniens

Le palais est aussi appelé le palais degli armeni, c’est-à-dire des arméniens. La communauté arménienne, déjà implantée à Venise, acheta le palais au XIXe siècle, afin d’en faire un collège pour ses jeunes. Une communauté de plus à Venise, vous avez remarqué, les arméniens, également implantés sur l’île de San Lazzaro degli armeni, dans la lagune vénitienne.

Le palais Zenobio de nos jours

De nos jours, ce palais est toujours privé. Il conserve en façade une inscription arménienne (notre photo). Il accepte quelques hébergements ponctuels. Il est surtout ouvert au public lors de certaines manifestations culturelles, comme la Biennale d’art moderne ou d’autres manifestations culturelles comme le carnaval de Venise.
Vous ne raterez pas, alors, la visite des salles du premier étage, celles dont nous parlons plus haut, avec leur décorations luxueuses.

Site officiel du Palais Zenobio à Venise

Palais Mastelli à Venise

Ce Palais Mastelli à Venise passerait un peu inaperçu si venise1.com ne vous faisait pas remarquer quelques détails surprenant.

Histoire du palais Mastelli

Le palais Mastelli à Venise est appelé aussi palazzo del cammello (le palais du chameau). Il  appartenait aux frères Robia, Sandi et Afani Mastelli (du moins, c’est le surnom utilisés par les vénitiens).
Palais MastelliCes frères avaient fui la Morée (Grèce) vers 1115 et s’étaient installés à Venise.

Ils développèrent des activités commerciales avec le Moyen Orient et l’Asie et devinrent de riches négociants en épices.
Rappelons que le commerce avec l’Asie passait essentiellement par les routes des caravanes, à travers le Moyen Orient. Les caravanes, donc, étaient formées de chevaux pour une partie et de chameaux pour d’autres régions plus difficiles aux chevaux. Le rapatriement depuis les ports du Moyen Orient, lui, se faisait par bateaux.

La façade du Palais Mastelli

Sur la façade de leur palais subsiste un bas-relief représentant un chameau et son palais del camelloconducteur. Ce bas-relief rappelle les activités des frères Mastelli et les transports d’épices à dos de chameau par les routes des caravanes, depuis le Moyen-Orient vers l’Asie.
Remarquez aussi, tout à gauche, l’épaisse colonne du premier étage. Elle date de l’époque romaine.

 Une curiosité du Palais Mastelli

Enfin, petite curiosité bien sympathique et peu connue, sur la droite du palais, juste au-dessus du canal, vous découvrez une petite niche.
Quelle était sa fonction ?

Eh bien, rappelez-vous que nous nous trouvons dans le nord de Venise. Autrefois, bien des transports se faisaient à la voile ou, plus difficile, à la rame, donc à la force des bras, vers le continent qui se trouve à environ 5-6km. Aussi, les propriétaires avaient fait installé là une fontaine permettait aux gondoliers et autres rameurs de se désaltérer librement. Une action bien sympathique, n’est-ce pas ?


Visiter toutes les villes de  Vénétie  avec italie1.com
Votre hôtel à Venise parmi les 980 hôtels vénitiens
Retour en page d’accueil de Venise par venise1.com