Andrea Tirali, architecte


Andrea Tirali, tailleur de pierre et maçon de formation, devient l’un des grands architectes de Venise.

Biographie d’Andrea Tirali

Andrea Tirali est né à Venise en 1657. Il est mort à Montselice (Padoue) en 1737.  Il travaille pour le magistrat des eaux de la République de Venise et en 1688, il devient vice-proto, Tirali est donc chargé des projets d’agencements hydrauliques. Sa carrière s’enflamme (1690) à partir du moment où il va gagner le concours pour la réalisation de la chapelle San Domenico à Santi Giovanni e Paolo.
Reconnu pour son travail et ses compétences techniques, il est chargé de construire le Pont Dei Tre Archi. Puis, en 1695, il est nommé proto (architecte qui dirige et coordonne l’entretien et la restauration de grands édifices).

Anecdote sur Andréa Tirali

Tirali paraissait petit et gros, pas sympathique du tout, voire même extrêmement sévère, très vantard et arrogant. De ce fait, on le surnomma le Tyran.
Malgré son caractère, sa mauvaise humeur et ses modestes origines , il n’a pas tardé à être accepté dans les cercles intellectuels de la ville de Venise.

Andrea Tirali et son oeuvre

Pavage de la place Saint Marc

Dessin du pavage en trachyte de la Piazza San Marco (1723)
C’est au début du XVIIIème siècle que Tirali remplace les briques médiévales usées et disposées en chevrons par un pavement en pierre de lave. Tirali sut alterner trachyte de Vérone et pierre blanche d’Istrie. Il combina ces deux matériaux en créant des contrastes et des perspectives, qui accentuent la profondeur de la Piazza San Marco.

Le monument dédié à la famille Valier

Basilique Santi Giovanni e Paolo (Zanipolo)

Le monumetn de la famille Valier a été dessiné (1705-1708) par Andrea Tirali. On y trouve les statues de marbre du doge Bertuccio Valier (par Pietro Barrata ), à gauche celle du doge Silvestre Valier (par Antonio Tarsia ). Mais aussi celle de son épouse, Elisabeth Querini (par Giovanni Bonazza).

Regardez bien à gauche entre les colonnes se trouve une statue allégorique de la Sagesse (par Pietro Baratta). Sur la droite, une autre statue représente l’Abondance (par Antonio Tarsa). Puis au centre, la Vertu couronne le Mérite (par Giovanni Bonazza).
Sur les bas-relief de la base du monument à gauche, on trouve la Paix (par Antonio Tarsia), la Valeur (auteur inconnu) et le Temps (par Giovanni Bonazza). Puis à droite, la Constance (auteur inconnu), la Charité et la Mansuétude.

Façade San Nicola de Tolentino

Tirali a conçut la façade (1706-11) en 6 colonnes et un pronao (très prisé dans les temples grecs et romains), c’est à dire un espace entre les colonnes et l’entrée.

 

Escalier de la Ca’ Sagredo

Cette Ca’ Sagredo ou plus précisément ce palais Morosini Sagredo fut restauré aux 14-15e siècles, pour le compte de la célèbre et puissante famille Morosini. Situé sur le campo Santa Sofia (Cannaregio), au bord du Grand Canal, il se dresse face à la Pescheria, le marché aux poissons du Rialto.

Au-dessus de l’escalier central d’Andrea Tirali (1718-1738), la fresque grandiose signée Pietro Longhi date de 1734.
En savoir + sur la Ca’ Sagredo

Palazzo Priuli puis Venier Manfrin

A la demande de la famille Venier, Andréa Tirali (1734-1737) va construire ce palais sur l’ancienne Ca’ Priuli. On peut voir les restes dans certaines parties de la façade arrière. Le palazzo Venier Manfrin surplombe le canal de Cannaregio. Il est situé sur la gauche du Palazzo Savorgnan.

Autres oeuvres d’Andrea Tirali

Palazzo Castelli a Santa Marina
Le Palais Castelli ou Palazzo Castelli se trouve sur le Rio de Santa Marina dans le sestiere de Cannaregio.

Scuola dell’Angelo Custode
Ecole de l’Ange Gardien aux Saints Apôtres 1713 
Dans une niche sur la façade de la Scuola dell’Angelo Custode, on peut y voir l’Ange Raphael accompagné du petit Tobie. 

Sanctuaire de l’ Apparition de San Vio à Pellestrina (1723)
Octogonal, construit en mémoire de la victoire de Corfou 1716 à Venise

Oeuvres de Andrea Tirali en Vénétie

Tirali a surtout oeuvré à Venise mais aussi à la Villa Morosini (1706) à Rovigo, à l’extension de la Villa Duodo à Monselice, dont les travaux furent terminés après la mort de Tirali.


AUTRES INFORMATIONS SIMILAIRES