Projet de téléphérique à Venise

Poissons d’Avril, évidemment !

Vous avez bien lu, les autorités ont présenté un projet de téléphérique à Venise pour relier la ville à Marghera, et plus précisément la Piazzale Roma au nouveau port de croisière. Une installation à 10 000 passagers par jour. On comprend mieux. Le groupement industriel SNV (Veneto) vient de déposer un nouveau projet de téléphérique à Venise : explications.

Pourquoi un téléphérique entre Marghera et Venise ?

Vous savez sans doute que les navires de croisières s’amarreront bientôt au nouveau port de Marghera, en transitant par le canal des pétroliers, pour éviter de croiser devant Saint Marc.

Seulement, il faut bien comprendre que les croisiéristes ne viennent pas visiter Marghera mais Venise. Alors, comment les transférer ?

Projet d’implantation à Marghera

Le groupement SNV propose d’utiliser des téléphériques pour acheminer les croisiéristes débarqués dans le port de Marghera jusqu’à Venise. En effet, si l’on compte 2000 passagers par navire de croisière et seulement 5 navires par jour (on en attend le double), on arrive à 10 000 croisiéristes qui doivent transiter de leur port d’arrivée jusqu’à Venise. Belle aubaine pour la SNV qui propose la création de téléphériques.

Il existerait deux lignes, l’une partant de Marghera-même (photo ci-dessus), l’autre partant de Piazzale Roma, le terminus actuel des bus et du tram (reconstitution ci-dessous).

Simulation de la desserte du téléphérique Piazzale Roma à Venise

La municipalité semble conquise. En effet, cette proposition la décharge de la mise en place de transports en commun : vaporettos et lignes de bus.

Et pour rentabiliser au mieux son téléphérique, la SNV pourrait développer sur zone, à Marghera, une sorte de parc d’attraction, avec grande roue et panorama sur Venise et sa lagune sud. 

Mais comment rentabiliser ce projet en hiver ? Pas de problème, la SNV y a pensé.

Le projet de pistes de ski

Ce projet, quoique dévoilé récemment, semble curieusement assez avancé.

Comment attirer des visiteurs en hiver ? En effet, mis à part la période de Carnaval, la fréquentation touristique reste assez basse en hiver, surtout celle des navires de croisière.

Le groupement SNV propose d’utiliser le « relief » des anciennes raffineries et de ses propres installations, pour installer des canons à neige et y créer des pistes de ski.

Les vacanciers pourraient être remontés… en téléphérique. CQFD. Les deux lignes se rejoindraient en haut des pistes.

Lors de leur première réunion publique, le samedi 30 mars à 20h en mairie (la date et l’heure ont elles été choisies pour décourager les journalistes ?), les organisateurs ont projeté des montages photos permettant de mieux se rendre compte des infrastructures. Bien entendu, celles-ci ne sont pas encore construites.

De vives oppositions à ce projet

Mais tout n’est pas simple. Il reste encore de gros problèmes à régler pour la SNV, notamment les farouches oppositions à ce projet. Dés le lendemain, des tags apparaissaient sur les murs de l’Arsenal (photo ci-contre). Les vénitiens qui voient déjà leur ville leur échapper pour devenir un vaste parc de jeu n’envisagent pas une seconde de laisser ce projet se concrétiser. Des plaintes vont être déposées pour irrégularité dans les procédures d’attribution de ce marché. 

Samedi 6 avril, une grande manifestation est organisée piazzale Roma. Les organisateurs espèrent bloquer la place à l’arrivée des taxis, des bus et des trams. Ils espèrent aussi bloquer le Grand Canal, à hauteur des embarcadères de vaporetto, devant le pont de la Constitution.

Pour quand, ce téléphérique à Venise ?

Comme tout grand projet, il a ses détracteurs et ses défenseurs. Le projet devrait voir le jour en 2019 et être entièrement opérationnel au printemps 2020. Mais il est loin d’être concrétisé. Donc, à suivre. Nous vous tiendrons régulièrement informés du développement des opérations.