Les navires de croisière à Venise

Autres sujets sur Venise

grandi-navi_8bLes navires de croisière interdits à Venise ?

Je vous avais déjà parlé de l’interdiction des gros bateaux de croisière dans la lagune de Venise. C’était en tout début novembre 2013.

La joie était alors en demi-teinte car les bateaux de moins de 96 000 tonnes y étaient toujours acceptés. La joie se transforma rapidement en déception quand cette interdiciton fut annulée.
Et voilà qu’elle refait surface, réjouissons-nous. Les gros bateaux de croisière de plus de 96 000 tonnes ne pourront bientôt plus traverser le bassin de Saint Marc.
Sauf que ma joie est encore en demi-teinte. Et encore, je fais un effort pour la teinter un peu.

Problèmes des navires de croisière à Venise

Je résume brièvement les problèmes soulevés, repris de mes précédents articles :
Relire Les grands navires de croisière à Venise et Les navires de la globalisation

  • la profondeur du chenal nécessaire à ces gros tonnages accélèrent les inondations
  • les ondes provenant des hélices heurtent et dégradent les berges et les fondations des quais et des habitations, causant des dommages qui coûtent chers à réparer. Les croisières rapportent à Venise, lit-on parfois ???
  • en cas d’accident, les dégradations sur la lagune seront dramatiques et quasi irréversibles
  • ces navires n’apportent pas tant de revenus qu’on l’imagine à la population vénitienne elle-même
  • au contraire, le trop grand tourisme de masse détruit les commerces de proximité ou les ateliers d’artisans et chasse les vénitiens

Solutions envisagées pour les navires de croisière  à Venise

Alors, pourquoi se réjouir qu’ils ne passent plus devant Saint Marc ?
Ces monstrueux bateaux entreront toujours dans la lagune de Venise avec toujours les mêmes possibles inconvénients énumérés ci-dessus.

  • On étudie ( benoîtement ? ) la possibilité de les faire passer toujours par la passe du Lido Nord, vers San Nicolo, mais en contournant l’île de la Giudecca par le Sud, avec toujours pour terminal, le port de croisière de Venise.
  • Ou bien, on étudie un nouveau cheminement, en passant cette fois par la passe de Malamocco, au sud du Lido, pour accoster au port de croisière de Venise ou pourquoi pas à Marghera, en réhabilitant le port existant.

Alors, pourquoi ma joie est-elle si peu expressive ?

Pas de solution pour les bateaux de croisière à Venise

  1. Cette mesure d’interdiction ne vise pas les bateaux en-dessous de 96 000 tonnes. Pour vous donner une idée de ce que représentent 96 000 tonnes, vous multipliez par 2,83 et vous obtenez des navires de 271 700 m3, soit l’équivalent d’un édifice de 180m de long sur 60m de haut et 25m de large. Ces bateaux-là pourront toujours passer.
  2. Les ondes si nocives aux fondations disparaîtront-elles ?
  3. Passer au nord ou au sud de la Giudecca, qui peut penser qu’en cas d’accident la pollution serait moins grave ?
  4. Et enfin, accostant à Venise ou à Marghera, qu’est-ce que cela changera sur l’envahissement de Venise par le tourisme de masse ?

Finalement, cette mesure ne va pas changer grand chose sur le fond.

Voilà, cher(e)s ami(e)s, pourquoi je reste très circonspect sur cette nouvelle interdiction des gros navires à Venise. Je dis bravo ! C’est bien, on avance, ne le sous-estimons pas, j’applaudis des deux mains.
… Mais peut mieux faire.

Disons, en des termes peut-être un peu forts mais suffisamment parlants, qu’on va déplacer le virus sans soigner la maladie.

 

Share

2 thoughts to “Les navires de croisière à Venise”

  1. Stop Venise…c’est fini tant que ces horribles immeubles flottants defigureront l’accès à la place san Marco ! Quelle honte !

  2. Je rentre de Venise où j’ai passé une semaine avec mon épouse. Je suis profondément déçu, non par Venise, mais par l’incompétence, le je-m’en-foutisme, ou la corruption des autorités locales qui laissent se poursuivre une dégradation à un rythme effrayant, alors que tout le monde en connait les causes et les remèdes. D’ici 10 ans, Venise ne sera plus qu’un grand magasin de luxe réservé à de riches chinois mal élevés et malpolis. Pourquoi ne pas obliger chaque grande marque (vuitton, Prada, Dolce & Gabanna, etc … a financer la restauration d’un palais sur le grand canal pour pouvoir ouvrir un magasin à Venise. Pourquoi tout simplement ne pas fermer la lagune (=50 km de digue) avec 1 ou 2 écluses de part et d’autre du Lido?

Les commentaires sont clos.