Le verre de Murano

Autres sujets sur Venise

Murano est une petite île, située à environ 1km au nord de Venise. A l’origine, rien ne prédisposait Murano à devenir une île de verriers. Si ce n’est les incendies dévastateurs à Venise. En effet, leurs fours laissaient échapper des escarbilles qui mettaient le feu aux constructions en bois (maisons, hangars, ponts).
En 1291, les fours furent interdits et quelques verriers se transférèrent à Murano.

Naissance du verre de Murano

Le verre était une activité très développée à Constantinople. La 4e croisade (1202), puis l’envahissement par les ottomans chassèrent les verriers de la ville, qui, pour certains se réfugièrent à Venise. C’est là que les vénitiens apprirent le maniement du verre. Mais ils firent bien mieux qu’apprendre les techniques. Bien vite, ils surpassèrent leurs anciens maîtres, en inventant des techniques et en faisant évoluer leur art.

Les maîtres verriers vénitiens sont à l’origine de bien des inventions.

Inventions liées au verre de Murano

Les verreries développent des techniques comme le verre cristallin, le verre émaillé (le Smalto), le filigrane (décoration à l’intérieur de l’épaisseur du verre), le verre avec des fils d’or (l’aventurine), le verre multicolore (millefiori), le verre de lait (lattimo, comme une porcelaine très pure), le verre craquelé (vetro ghiacciato, extrêmement difficile à réaliser), etc.

Ils développèrent une autre technique particulière qui leur permirent de créer des verres d’une extrême finesse. C’est souvent cette finesse de la matière qui permet de reconnaître un verre de Murano.

Ils furent aussi les inventeurs du miroir biseauté.

Quelques grands maîtres verriers de Murano

A Murano, se développèrent les premières grandes verreries.

Barovier et Toso

verre de Murano barovier-et-toso

En 1295, la verrerie Barovier et Toso fut crée. Angelo Barovier, le plus ancien grand maître verrier (15e siècle) lui donna une réputation internationale. Je vous cite celle-ci car au XXIe siècle, elle existe toujours. C’est l’une des plus ancienne entreprise au monde, avec à peu prés 9 siècle d’existence.

Seguso

Seguso verre de Murano

La famille Seguso créa son entreprise en 1397. Elle connut son apogée aux XVII-XVIIIe siècle. Archimède Seguso, 20e siècle, fonda sa propre verrerie en 1946. Elle existe toujours, florissante, à Murano.

 

SalviatiSalviati

Antonio Salviati (19e) fut la première entreprise industrielle de verre d’art. On y organisa la production industrielle de mosaïques de verre.

 

Martinuzzi

Napoleone Martinuzzi (1892-1977), travaille pour Venini jusqu’en 1932, année ou il fonde une société avec Vittorio Zecchin puis s’orienta vers la seule activité de sculpteur.

Verre de Murano VeniniVenini

Paolo Venini (1895-1959) ouvre une verrerie en 1921 avec Cappellin, y développe un esprit nouveau. L’entreprise existe encore mais n’appartient plus à la famille.

Moretti

Giovanni Moretti (né en 1940) a travaillé dans l’entreprise de son frère Carlo puis en devint le responsable. Toujours en recherche de qualité et d’inventivité.

D’autres grands noms autour du verre

Vers fin 1950, Peggy Guggenheim et Egidio Constantini firent travailler des artistes comme Picasso, Chagall, Calder sur des oeuvres en verre pour relancer la créativité en la matière.

Notez l’action d’Adriano Berengo, un vénitien, qui chercha à réunir autour du verre les artistes contemporains.

La concurrence

Bien sûr, la concurrence était rude, on copiait le verre de Murano mais sans jamais l’égaler. Par exemple, l’invention du verre coulé à Saint Gobain (France-1693). Autre exemple encore, la concurrence du cristal de Bohême et d’Allemagne.

Mais les perpétuelles inventions des maîtres verriers vénitiens leur laissaient toujours de l’avance sur ceux qui les copiaient.
Les verreries de Murano traversèrent régulièrement des crises. Par exemple, au milieu du 19e siècle, la concurrence des verreries britanniques et du cristal de Bohème porta un rude coup aux verreries de Murano. Mais elles trouvèrent toujours à se dépasser et se relancer.
Autrefois on comptait jusqu’à 2000 verriers sur l’île des verriers. Ce nombre est descendu à 700 et certainement beaucoup moins de nos jours. On trouve désormais davantage de boutiques de verre d’importation que de verreries de Murano. 

Les raisons principales du déclin de certaines verrerie de Murano sont à chercher dans le coût de la main d’oeuvre spécialisée et le déséquilibre dû à la concurrence industrielle étrangère, face à leur production artisanale, la plupart du temps manuelle.

C’est donc tout un pan de l’histoire de Venise que l’on côtoie dans les rues de Murano.

Voir aussi

Share

Venise : Autres informations similaires