Parfum à Venise

Autres sujets sur Venise

Le parfum à Venise est un art ancestral qui remonte au lointain passé de la Sérénissime.
Venise possédait une grande flotte marchande, protégée par une importante flotte de guerre. Cela lui permettait de commercer facilement avec l’Orient, notamment par l’île de Chypre située aux débouchés des routes des caravanes.
C’est ainsi que Venise a pu se procurer des tissus précieux, des matériaux rares, notamment des pigments, des épices et des fleurs, certains pour créer des peintures colorées et d’autres pour créer des parfums.

Origine du parfum à Venise

© The merchant of Venice

C’est ainsi que, dés le XIe siècle, la dogaresse Teodora, d’origine grecque, donc byzantine, épouse du doge Domenico Selvo, introduisit à Venise, l’usage du parfum. Elle était déjà fort critiquée pour ses “caprices”, puisque, figurez-vous, elle refusait de manger comme tout le monde avec les doigts, mais préférait la fourchette. Cette dogaresse “maniérée” et impopulaire se mit aussi dans l’idée de se rincer les doigts à table, dans un bol d’eau parfumée.
Et petit à petit, elle fut imitée. Et finalement, on trouva bien pratique ce bizarre instrument qu’est la fourchette et bien agréable de se nettoyer les doigts.
Dans la haute société, on utilisa de plus en plus le parfum pour le corps, qui permettait aussi de masquer les odeurs corporelles.
Ainsi, l’usage du parfum se développa.

Composition du parfum à Venise

                           Cannelle

Venise, de par son implantation dans tout l’Est du bassin méditerranéen et son commerce régulier avec l’Orient (de Grèce et de Perse, d’Égypte et d’Arabie), importa ainsi des denrées précieuses, comme le musc (extrait de glandes animales). Venise importa et revendit le bois de santal, des épices, le benjoin (entre l’odeur d’encens et de tabac) et la cannelle, ou encore l’ambre gris (sécrétion intestinale de cachalot). Une vingtaine de fragrances composent la base de la plupart des parfums vénitiens.
La mode se répandit de diffuser du parfum dans les habitations.

                            Benjoin

Si le parfum coûtait cher, l’italien Jean Marie Farina (1685-1766) inventa un succédané en Allemagne, l’eau de Cologne.

Les vénitiens développèrent aussi, outre le parfum, l’usage du savon. Pas moins de 40 savonneries s’établirent à Venise. On en retrouve trace désormais par le nom de certaines rues des “saoneri”.

La mode s’étendit à travers toute l’Italie et même au-delà. En effet, en France, c’est Catherine de Médicis, épouse du roi de France Henri II, qui répandit l’usage des parfums à la cour de France.


Jelena, de la parfumerie vénitienne The merchant of Venice nous parle
de son amour pour Venise et de la tradition historique des parfum

Le parfum à Venise de nos jours

Parfum à Venise

Le parfum à Venise est donc intimement lié à l’histoire de la Sérénissime, mais aussi à son économie. Les parfums vénitiens n’ont jamais disparu.
De nos jours, ils sont portés, entre autres, par la famille Vidal.

En 1900, Angelo Vidal fonda la Vidal Profumi, un laboratoire de parfums dans le palais Mocenigo. L’entreprise se développa. En 1980, elle fut rachetée par Henkel.
Qu’à cela ne tienne, dés 1986, Massimo Vidal, neveu d’Angelo Vidal, fonda la société Mavive (acronyme de MAssimo VIdal VEnezia), prononcez “mavivé”,  toujours orientée vers les parfums et les produits cosmétiques.
En 2013, fut créée la célèbre marque The merchant of Venice. C’est à la fois une entreprise de parfum et un magnifique projet culturel.

The merchant of Venice au Palais Mocenigo

En effet, The merchant of Venice créa un musée dédié au parfum, au Palais Mocenigo, devenu le musée des tissus et des costumes.

En 2013, la famille Vidal, en collaboration avec les musées municipaux vénitiens, a restauré le Palazzo Mocenigo et ouvert 7 salles consacrées à l’histoire du parfum vénitien. Cette exposition sensorielle raconte l’histoire des marchands vénitiens, des matières premières précieuses rapportées à Venise depuis le Moyen-Orient, l’Asie, le Maroc, l’Andalousie, etc, et de l’histoire des parfumeurs vénitiens, appelés muschieri.
Actuellement à l’intérieur du bâtiment, se trouve aussi une exposition de flacons appartenant à la collection Magnani.

Fils de Massimo Vidal, Marco Vidal est le créateur et le PDG de The Merchant of Venice. Il est également créateur et conservateur du département des parfums du musée de la parfumerie Palazzo Mocenigo.

Avec l’aimable autorisation du parfumeur The merchant of Venice

Mais loin de n’exposer que des flacons anciens ou des documents du passé, cette exposition permanente est résolument moderne et interactive.
En effet, il est possible au visiteur de sentir les principales fragrances qui entrent dans la composition des parfums. Il lui est même possible de composer son propre parfum.
Et je ne vous parle pas du matériel multimédia qui apporte une continuité étonnante à cet art qui date de plus de mille ans !

Share

Venise : Autres informations similaires